AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Leïa ☠ Osiris dans « EH ! C'est mon chapeau d'aventurière à moi ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 57
$ Dollars : 58
Date d'inscription : 18/07/2013
Sujet Gamma
MessageSujet: Leïa ☠ Osiris dans « EH ! C'est mon chapeau d'aventurière à moi ! »    Mar 23 Juil - 13:57


OSIRIS WIIK & LEÏA APPLEFIELD

dans...
« EH ! C'EST MON CHAPEAU D'AVENTURIÈRE À MOI ! »


Ce fut la faim qui me réveilla.

D’autres avaient le chant du coq et les aboiements du chien... Moi, j’avais la FAIM. Persuadée de n’avoir plus que quelques toutes petites heures de sommeil à dormir, je me lève en sursaut, en tâtant du bout des doigts le mur à la recherche de ce putain d’interrupteur qui à priori, aime bien jouer à cache-cache. Quelques minutes plus tard, la lumière inonda ma chambre, et tout en étouffant mon bâillement du diable, je pousse le rideau en face de moi, découvrant alors, non pas à ma grande surprise, qu’il faisait encore nuit ! Forcément, à trois ou quatre heures du matin, c’est très normal. De toute façon, moi j'aime pas la pas-normalité et je suis biologiquement conçue pour me réveiller aux heures les moins adaptées. Et la preuve irréfutable de mon raisonnement est : mon horloge en forme de gueule de poney qui égrène lentement les secondes, en me renvoyant l’heure avec un sourire diabolique dégoulinant de sarcasme et de cynisme.

GNA. Il n'est QUE minuit et demi !

Et voilà tout mon splendide raisonnement est... foutu. BAH. Vous savez quoi ? On met ça sur le compte de la fatigue ! Parce que je suis faaaaatiguée de chez fatiguée. Ouaip, je suis fatiguée parce que vous savez, je viens un peu de sauver pour la quatre-cent-vingt-sixième fois l'Empire et les Jedis de l'autre Dark Vador et de l'autre Etoile Noire. Bah ouais, quand je vous disais que j'étais une aventurière, moi, je vous mentais pas ! Tous les jours, j'en vie, des aventures à St-Georges, moi, qu'est-ce que vous croyez ! Et même que j'en vis aussi de PARTOUT ! Ouaip ! Demandez à qui vous voulez, je mens pas ! D'ailleurs, je crois aussi être la personne étant morte le plus de fois en étant toujours vivante. Je suis plus forte que les chats. J'ai xfinité de vies, moi. Pas seulement neuf, haha ! Qu'ils sont nuls, ces chats.

Alors, étouffant un nouveau bâillement, je mets mon chapeau avant de me glisser rapidement hors de la chambre, parce que mon chapeau, c'est le meilleur. Vuaip. Jamais au monde vous pourrez le trouver, partout que ça soit, paaartout, même dans la plus grande boutique à chapeau du monde, jamais vous pourrez, JAMAIS. Parce que mon chapeau, il est trop bien. Il est DIGNE d'une aventurière. Et moi, bah je suis un aventurière. DONC, il est digne de moi, mon chapeau. Héhéhéhé. Et vous voyez, mon chapeau, c'est pas toute ma vie, parce que tout ma vie c'est l'aventure, mais presque. Et puis, un aventurier sans chapeau, c'est pas un vrai aventurier. Prenez Indiana Jones, Jack Sparrow ou même Willy Wonka, TOUS ont un chapeau. Tous. Et moi aussi, j'ai un chapeau. Donc je suis une aventurière. Eh ouais. CQFD.
Et comme vous avez pu le constater, mon chapeau, je le porte tout le temps. Sauf dans la douche parce que là ça peut l’abîmer. Mais sinon, tout le temps. Ah, et sauf quand je dors, aussi. Parce que il peut s’abîmer. Mais bon, voilà, quoi. Vous m'avez comprise. Et si vous m'avez pas comprise, bah tant pis pour vous. Parce que moi j'me suis comprise. Mais bon, je suis la plus forte, donc je conçoit que de simples cerveaux comme les vôtres ont pu ne pas comprendre. Mais je m'en fiche, dans le fond. Tant pis pour vous quand même. Haha, c'est bête pour vous, hein ? Vous vous attendiez à ce que... A ce que... Mais. Attendez. Je parlais de quoi, là, déjà ? Euh. Attendez que je réfléchisse. Ah, oui ! Je me suis comprise et peut-être que pas vous. Vous vous attendiez donc à ce que... Euh. Je. Je voulais en venir où, en fait ? … Umh. Question délicate. Bon. Au pire. On s'en fiche. Tout ce qu'il y a à savoir, c'est que je suis plus forte que vous. Voilà. 

Brrraa…

Un vent glacial me parcours, je frissonne : les couloirs ne sont pas outrageusement chauffés, comme ma chambre qui ressemble vraiment à un sauna. Et forcément, quand on passe de la Guadeloupe à la Sibérie...
Je plonge mes doigts frigorifiés dans les petites poches en coton de mon pyjama d'aventurière, et me mets à explorer les alentours. Ici, à St-Georges, on est beaucoup plus d'une centaine à y vivre 24h/24, il ne faut donc pas s’inquiéter, il y a forcément plusieurs belles et grandes cuisines. Néanmoins, à défaut d’en trouver, j’aurais quand même explosé un ou deux distributeurs de bonbons au passage, je pense.

Ainsi, avec la grâce de Jack Sparrow, l’élégance de Willy Wonka et la discrétion d'Indiana Jones, je me faufile dans des couloirs qui me sont encore en fait totalement inconnus. Je gambade joyeusement, je dérive dans les eaux tièdes de ma douce folie, j'improvise des danses, je raconte ma vie aux tableaux, je chevauche les rampes d'escaliers…
Et avec les hurlements de mon ventre qui se font de plus en plus bruyants, je songe, avec une certaine ironie, qu’au fait que dans les films d’horreur, les apparitions des monstres sont toujours précédées d’un bruit étrange qui devient angoissant. Ben… Moi, je m'annonce avec un royal gargouillement.

C'est so Glam’ !

D'ailleurs, je suis tellement glam que je vais certainement me faire élire miss St-Georges l'aventurière du mois, avec mes futures cuisses de poulet mangés à mains nues de onze heures et demi, et mon mystique karaoké de bruits organiques. Et même que si je croisais un insomniaque, là, maintenant, je l'enroulerais dans un tapis en le prenant pour une crêpe. Parce que les aventurières c'est aussi de bonnes cuisinières, moi j'vous dis !

Et pis là, mes jambes s'activent à folle allure, le frottement de mes genoux s'intensifie de plus en plus. Je couuuuurs, avec toute la puissance que je peux y mettre à cette tâche. Je cours. Contre le vent lui-même ! Contre l'odeur d'un proche avenir qui ne sent décidément pas très bon. Parce que bah ouaip. L'aventurière que je suis, et ben d'un coup, elle se met à courir. Pourquoi ? Bah, bonne question. Une impulsivité d'aventurière, peut-être. Qui sait. Mais bon. C'est cool de courir, moi j'aime bien courir. La preuve, vu que là je cours. Pour rien. Comme un labrador foufou voulant qu'on lui lance le bâton de la providence.

Sauf que là, mon bâton de la providence, peut-être qu'il est invisible, parce que je le vois pas. Ni celui qui pourrait me le lancer. Alors je cours encore plus pour rien qu'un chien, en gros. Mais c'est pas grave, parce que moi, je vous donne dans le mille : je suis une A-VEN-TU-RIERE. Et les aventurières, ça fait ce qu'elles veulent. Parce qu'elles sont LIBRES les aventurières. Et moi, je suis une aventurière, je suis donc libre. Et donc je fais ce que je veux. Et ce que je veux, c'est courir. Même si je sais pas pourquoi. Mais ce n'est qu'un détail. Le plus important à comprendre, c'est que je fais ce que je veux. Voilà.

Et donc, perdue dans une cognition délabrée, je finis par arriver, essouflée, - non pas dans les cuisines mais - sur... Sur une plage ? Comment j'ai fais pour arriver sur ce territoire, moi ? HAN LA VACHE. J'suis vraiment trop bonne comme aventurière !
Bon réfléchissons, réfléchissons…D’un côté si je m’y aventure, c’est pas sûre que je puisse arriver indemne jusqu’au cuisines, mais d’un autre côté, si j’y arrive je pourrais m’en venter auprès de touuut le monde et ils auront trop la raaaaaaaaaage, et je pourrais leur faire faire tout ce que je veux pendant 5 mois en guise de récompense !
Bon allez je m'y aventure ! Je me balade donc sur la plage pour reprendre mon souffle et des forces. Bah ouais, les aventuriers, c'est en bougeant qu'ils reprennent leur force, c'est pas en restant assis ou couchés ou je ne sais pas quoi d'autre, non, ça c'est les simples humains ordinaires, voire les tafiolles, qui se reposent comme ça. Mais moi je suis pas une simple humaine ordinaire. Ni une tafiolle. Parce que je suis une AVENTURIÈRE. Et ouais.

Et puis, d'un coup, je m'arrête. Parce que j'ai encore plus faim. Et j'ai vraiment faim. Oh oui j'ai faim. Et c'est nul, ça, quand on a faim alors qu'on a pas à bouffer. En plus de courir, ça donne encore plus faim, et avoir encore plus faim quand on a rien à bouffer, c'es encore plus nul, quoi. Donc je m'arrête avant. Et puis, je regarde autour de moi. Je regarde bien devant de moi. Et, oh, tiens ! Des grosses pierres ! C'est cool, ça, des rochers ! Parce que c'est grand et frai, et en plus c'est gris. Et c'est cool, le gris. C'est la couleur du noir quand il est pâle. Eh mais. Minute. Quand on est malade, on est pâle ? Et quand le noir est gris, le noir est pâle ? Et si le noir est pâle... Le noir est donc malade ! Et vu que ces rochers sont gris. Ca veut dire qu'en fait ces rochers sont noirs, mais vu que leur noir est malade, il est gris. ET DONC ! Les rochers sont malades ! Ah, mais tout s'explique ! C'est pour ça qu’ils ne bougent jamais ! Et nous, pauvres sujets ne parlant pas le rochérien, – langue des rochers - nous posons nos popotins dessus et les faisons encore plus souffrir ! Han ! Heureusement que je suis là. Sans moi, personne n'aurait pu comprendre ces pauvres rochers malades. Et moi, comme une imbécile, je voulais aller me poser sur l'un d'eux ! Heureusement que je me suis rendu compte du pot-aux-roses avant. En bref, heureusement que je suis intelligente.

Mais je me dirige quand même vers les rochers. Oui, mais cette fois, je n'y vais pas pour m’asseoir sur eux, les pauvres. Cette fois, j'y vais pour leur tenir compagnie. Et donc, une fois arrivé vers ses fameux rochers, je m'assois juste à côté d'eux, et les observes intensivement. Et puis je leur lance :

LEÏA ♫
« OOOOOOH ! Vous en faites pas, les gars. Tout n'est pas perdu. Vous allez vous en tirer. »

Han. Les gars, la vie est quand même belle hein ! Même si vous trouverez toujours des mauvais esprits, des contre-révolutionnaires, des suppos de Satan, des anarchistes galeux et puants qui sont là pour vous mettre des bâtons dans les roues, pour.... Euh. Gna ? Qu'est-ce que je disais moi, encore ?
Oh on s'en fout. Voilà. C'est mieux que je reste là, sans rien dire d'autre. Non parce que j'ai trouvé que ma phrase était vachement cool et bien dite, alors je me suis dis que maintenant d'achever sur un silence, ça aurait trop la classe. Alors c'est ce que j'ai fais. Parce que je suis une fille cool, moi. Et ouais. Haha.
Ainsi donc, j'étais tout tranquillement en train de tenir compagnie aux rochers, lorsque d'un coup, quelque chose d'étrange se passa : Mon chapeau partit de ma tête ! Surprise, je me suis alors retournée pour voir si c'était parce qu'il venait de s'envoler de ses propres ailes, mais en fait... Non. C'était un individu lamba. Ouf, j'ai eu peur, un instant j'ai cru que mon chapeau avait évolué comme un Pokémon, et qu'il allait s'envoler comme une mouette, et que j'allais plus le revoir comme une... Une... Un conne. Haha.

Mais bon, mon chapeau à été kidnappé, quand même, il faut pas prendre ça à la légère ! Et donc, pour ne pas prendre cela à la légère, j'ai eut une superbe réaction : Restant toujours assise mais retournée vers le garçon ; je me suis exclamée de toutes mes forces avec INDIGNITÉ :

LEÏA ♫
« EEEEEEEEEEH ! Mon chapeauuuuuu ! C'est le mien ! »

PARCE QU'UNE AVENTURIÈRE SANS CHAPEAU, C'EST PLUS UNE AVENTURIÈRE !

©Louison
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Leïa ☠ Osiris dans « EH ! C'est mon chapeau d'aventurière à moi ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» Vocabulaire dans la Marine (code international des signaux )
» 14-18 les bûcherons Canadiens dans l'Orne.
» La d&co dans tous ses états...
» renseignement pour engagement dans la marine belge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOLDEN SHELL - this is not a cage :: GOLDEN SHELL RP :: Le Sud :: Plage-