AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LOUISON • « Petit oiseau, si tu n'as pas d'ailes..... AH TU PEUX PAS VOLER ! » FINIIIIIIII ♥♥♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 51
$ Dollars : 50
Date d'inscription : 18/07/2013
Sujet Alpha
MessageSujet: LOUISON • « Petit oiseau, si tu n'as pas d'ailes..... AH TU PEUX PAS VOLER ! » FINIIIIIIII ♥♥♥   Ven 19 Juil - 16:12

Louison Eden Wutherburrysujet
vos papiers s'il vous plait !




Ancienne identité : Anna Laughting
Prénom et nom choisis : Louison E. Wutherburry
Âge : 17 ans
Date et Lieu de Naissance : 14 Février ; à Miami
Nationalité : Américaine
Statut : Eternelle célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Avatar : Seychelles - Axis Power : Hetalia

hello i love you won't you tell me your name ?


et derrière l'écran ?



Pseudo : LOPI ; ALIAS LOUISETTE SOUBRETTE SEXY 8'D Âge : 19 ~ Disponibilité RP : Touyours CoolComment as-tu découvert le forum ? UH UH UH ♥️ Un petit mot ? COUCOU STAFF OPS-IEN ♥️




description psychologique

Imprévisible + Maladroite + Caractérielle + Franche + Gentille

Et le voici, le moment fatidique. Vous, jeune garçon dans la fleur de l'âge, si désireux de trouver une jolie fille à pavaner devant vos amis, vous venez de voir cette jolie brunette en robe au teins légèrement hâlée, qui se trouvait là, à lire tranquillement. Et, ayant pris votre courage à deux mains, vous êtes allez la voir. Seulement, alors que vous étiez juste sous son nez, vous vous êtes rendu compte d'une chose : Vous ne savez comment l'aborder. Que faire, quoi dire ? Un instant, la merveilleuse idée de vous éclipser ni vu ni connu vous effleura l'esprit. Bon, c'est sûr, si quelqu'un d'autre aux alentours vous observait, vous auriez alors l'air d'un beau crétin. Mais au moins, vous n'auriez pas à affronter cette demoiselle ! Oui mais voilà : A force d'être ainsi planté devant elle, la jeune femme s'est très certainement sentie gênée dans ses occupations... Et a levé ses yeux d'ambre sur les vôtres. Et à présent, voilà qu'elle vous observe de la même manière qu'elle aurait observé un alien attardé tout droit venu de Pluton (quoi que, c'est peut-être le cas). Et vous, vous ne savez comment vous comporter. Voilà qui est bête pour vous. Surtout qu'elle persiste à vous regarder de cet air dérangeant qui vous fait sentir crétin sans rien dire, la bougre. Mais, ne vous en faites pas. Parce que la demoiselle n'est pas du tout patiente, et ne tarda pas à faire connaitre sa douce voix.

« Quoi ? J'ai un truc coincé entre les dents, où t'attends juste comme un crétin que tes pieds s’enracinent ? »

Et bim. C'est qu'elle ne fait pas dans la dentelle question réplique, la petite, hein ? Mais en tout cas voilà qui met définitivement fin à vos douces premières illusions. Eh oui, si encore c'étaient des yeux doux qu'elle avait levé vers vous, pour vous demander d'une voix toute aussi douce si vous aviez mal quelque part, ou si vous aviez besoin de quelque chose, en s'inquiétant réellement pour vous... Peut-être cela aurait pu vous rassurer un tant soit peu... Mais non. Enfin, forte heureusement, sa question était sûrement ironique, car elle n'avait rien de coincé entre les dents. Mais cela ne suffisait pas à sauver l'honneur, malheureusement.

Car oui, le caractère de Louison n'est pas tellement celui d'une belle petite princesse-barbie-frou-frou-tsoin-tsoin. Ne pas se fier à ses goûtsvestimentaires essentiellement composés de robes de filles et de petits noeuds mignons. Parce que mentalement, LOUISON N'EST PAS UNE FILLE. Le problème, c'est qu'elle n'est pas un garçon non plus. Mais alors, qu'est-ce que Louison ? Eh le jour où existera en ce monde un psychologue assez fou pour étudier sérieusement le cas Louison, tout en étant conscience que cela lui prendra probablement toute sa vie, nous auront peut-être une réponse. Mais en attendant ce jour, nous allons dire que Louison est semblable à un extra-terrestre. Oui, voilà, un extra-terrestre. Ou toute autre créature étrange et indéfinissable, en fait. Oui, parce que les agissements de Louison ne peuvent être définis à l'avance, tant l'intérieur même de sa caboche se trouve imprévisible. Qui sait ce qui peut y passer à toute heure du jour et de la nuit. Mais ce qui est sûr, c'est que ce n'est pas normal, tout ce qui s'y dit. D'ailleurs, essayez donc un peu de demander à Louison si elle ne serait pas, par le plus grand des hasards, un tantinet schizophrène. Si vous lui demandez ça un jour où elle est de mauvaise humeur, la seule chose que vous récolterez à cette question ne sera pas non pas une réponse, mais un coup de pied là où elle le décidera selon son envie du moment. Mais si, par miracle, la demoiselle se trouve d'assez bonne humeur pour ne pas mal prendre cette question, voici la réponse qu'il est très fort probable que vous receviez :

« Moi ? Schizo ? Tss, n'importe quoi ! J'suis pas schizo, moi ! Et tu sais pourquoi ? Parce que ce que les gens pensent en général, que les schizophrènes c'est ceux qui ont plusieurs gens dans leur tête, bah c'est faux. Les schizos, c'est juste ceux qui croient que le monde entier s'est ligué contre eux. Et j'pense pas ça, moi. Donc, je suis pas schizo. »

Admirez ici la magnifique pirouette utilisée pour à la fois éviter la question, à la fois ne pas réfuter le fait qu'il y ait plusieurs personnes dans la tête. Mais cela, c'est uniquement parce qu'elle se le demande elle-même, s'il n'y aurait pas, quelque fois, d'autres gens dans sa caboche. Par exemple, un jour où elle ne faisait rien, la voilà qui soudainement se dit que le monde est bizarrement soudainement plus calme, et ne sait pas tellement pourquoi. Avant de se rendre compte d'une chose : Si le monde est soudainement pris par une magnifique quiétude surprenante, c'est tout simplement parce qu'elle... A arrêté, trois secondes, de penser. Eh oui, haha. Et vous voyez, cette tête beaucoup trop remplie de la mauvaise manière, multiplié à sa trop grande franchise et sa non-délicatesse qui la poussent à sortir ses paroles telles qu'elles, sans aucun "filtrage-spéciale-politesse" préalable donnent un cocktail plutôt détonnant. En résumé, si un mot serait à choisir pour définir Louison, celui-ci serait très certainement : Imprévisible.

Ah oui mais attention. Il serait assez méchant pour Louison de ne la réduire qu'à cette folie mentale qui a germé dans sa tête. Oui, parce que Louison, et aussi étonnant que cela puisse paraître, ce n'est pas que ça. Et oui ! Certes, cela peut paraître fou, mais voilà la vérité. Car lorsqu'on apprend un tant soit peu à connaitre Louison, on peut alors apercevoir, cachées entre deux neurones défectueux, deux noisettes de gentillesse. Parce que oui, dans le fond, c'est une gentille fille, Louison. Le seul problème, c'est qu'elle met trop les pieds dans le plats, et qu'elle n'a pas été livré avec se fameux filtre spécial-politesse. Mais malgré ça, elle est gentille. Tenez, par exemple, si vous êtes son ami, et que vous vous trouvez dans le besoin, elle voudra vous aider. Bon, par contre, je ne vous cache pas que son aide ne vous sera pas d'une grande aide, surtout si l'idée pour parvenir à vous aider vient d'elle. Non pas qu'elle ne soit pas très futée, mais presque. C'est que Louison, elle est également pas mal maladroite, aussi. N'essayez jamais de compter le nombre de fois où elle tombera comme une m*rde d'hippopotame, parce que vous perdrez vite le fil. Mais malgré tout, ce qui compte, c'est quand même l'intention, non ? Et même si au final elle vous enfoncera plus qu'elle ne vous sortira de la mouise, tout cela partait d'une bonne intention. Donc vous ne pourrez rien lui reprocher, à moins bien sur de vouloir paraître méchant ! Et ça, c'est la classe.

... Non ?


description physique

Si jamais quelqu'un n'ayant rien d'autre à faire de ses journée se mettrait à demander à tout ceux qu'il croise au sein de l'Institut ce qu'ils pensent de Louison Wutherburry, il ne fait aucun doute que le même genre de réponse viendrait sûrement. Et ce genre de réponse, mes amis, il peut se résumer en deux mots à peine :


Beauté désespérante.



Et oui,voilà comment est perçue la petite grande Louison par le commun des mortel. A vrai dire, cette courte description est celle qu'on pourrait lui trouver de mieux, tant elle est proche de la réalité, et pour cause : Pour être une beauté désespérante, ça, elle l'est bel et bien, et pas qu'un tout petit peu ! Ah, mais dès lors, la question qui s'impose à nous est la suivante : Qu'est-ce qu'une beauté désespérante ? Pour faire dans la simplicité, et de sorte que la réponse à cette question si existentielle s'adapte à toutes les tailles et tous les genres ce cerveaux (ou non-cerveaux dans certains cas) nous pouvons vous dire qu'une beauté désespérante est une fille que l'ont peut trouver tout simplement parfaite... Jusqu'à ce qu'elle ouvre la bouche. Ou émet un son quelconque. Ou même commet une action au hasard. En résumé, Louison pourrait être la fille parfaite si elle ne bougeait pas, ne disait rien, respirait à peine, ne regardait personne, bref, parfaite tant qu'elle dort. Quoi que non. Parce que quand on a voit dormir aussi, l'idée de perfection s'envole presque aussi vite qu'elle a pu venir à notre esprit. Umh. Eh bien disons, à l'état de coma. Oui, voilà. A l'état de coma, Louison serait la fille idéale.

Mais pourquoi une telle description de la jeune femme, dans ce cas ? Eh bien pour répondre à cette problématique, il faudra que, telle une dissertation philosophique, nous sépareront la description de la jeune femme en deux parties : L'image que nous nous faisons de la blonde les deux ou trois premières secondes où on la voit, et pour finir, ce que nous découvrons en la regardant plus de cinq secondes chronos.


PREMIERE PARTIE :
Les cinq premières secondes.
(pour les besoins du tournage, il est préférable d'entamer cette partie en écoutant un air de musique classique pour bien coller avec l'exagération volontaire qui va suivre.)

Reprenons l'exemple du jeune garçon en quête d'amour. Imaginez-vous alors ce garçon, peu avant qu'il soit devant cette jeune femme, et plus précisément à l'instant où il la vit. Ca y est, vous êtes bien dans le personnage ? Gooooood. Dans ce cas poursuivons. Ainsi, vous êtes un jeune homme, dans la fleur de l'âge. Vous n'avez pas de petite amie, ou bien vous préférez les collectionner, peu importe. Toujours est-il qu'au détour d'un couloir, et alors que vous vous apprêtiez à aller chasser les araignées (ou gambader de partout dans les couloirs si vous préférez), vous apercevez... Une grande et mince silhouette. Habillée d'une robe d'été légère, rose et évasée, cette grande et mince silhouette à l'allure gracieuse, simplement adossée à un mur, livre dans les mains, elle vous subjugue. Oui oui, elle vous subjugue ! Cette allure fine, ces longues jambe, ce mètre soixante-dix à vu d'oeil, vu de côté, cette jeune femme paraît tout simplement parfaite. Et puis, vous regardez son visage (bah oui parce que jusque là c'était que son corps qui vous subjuguait. Bande de petits pervers). Et son visage, parce qu'elle a pour l'instant la tête vide, ne vous déçoit pas. Sa longue chevelure brune et légèrement ondulée attachés dans un grand noeud d'un rouge seyant, ses yeux ambrés expressifs et souvent dans le vague, dans ses pensées, ce petit sourire nostalgique étiré par des lèvres fines et naturellement rosées, contrastant à cette peau légèrement hâlée... Soudainement, elle lève avec grâce sa main vers le noeud dans ses cheveux, dans le but de l'arranger un peu. Vous ne savez pas si elle est nouvelle, car voilà bien la première fois que vous la voyez. Toujours est-il qu'elle à l'air concentrée. Ce papier qu'elle semble lire est-il un devoir ? une note d'information? Dans tous les cas, vous vous en fichez bien : Décidé et près à faire preuve de courage, vous voilà près à l'aborder... Vous approchant alors petit à petit, cherchant dans votre tête une phrase drôle et pertinente pour entamer la conversation... Vous vous rendez compte de plusieurs choses Et d'un coup... Cette douce vision se brise en milles morceaux.


DEUXIEME PARTIE :
L'après cinq-premières-secondes.
(pour les besoins du tournage, il est préférable d'entamer cette partie en écoutant un air d'hard rock pour bien marquer la mort de la douce illusion.)

Alors que vous vous approchiez de cette belle vision pour faire sa connaissance, le fait de la distance se raccourcissant vous fait lentement rendre compte de plusieurs petites choses... Premièrement, son regard : Certes, vous l'aviez vu, d'un peu plus loin, elle avait l'air concentrée sur son livre. Mais à se point-là. Car oui, à y regarder de plus près, son expression faciale était tellement plongée dans sa concentration qu'elle semblait assassiner du regard chaque mot sur lesquels elle posait ses yeux. Et encore. Oui, en fait, son regard la faisait sembler à une véritable psychopathe... Une vision un peu effrayante. Mais cela ne vous fait pas reculer pour autant. Après tout, peut-être venait-elle juste de voir dans son bouquin que Kevin avait trompé Brenda alors que celle-ci était encore amoureuse de Justin, qui savait. Il fallait la comprendre, la pauvre. Oui mais voilà : Alors que vous veniez de faire trois pas de plus, la belle brunette venait d'esquisser un nouveau geste, se grattant l'arrière du crâne. Et vous vous rendez ainsi alors compte grâce à ce geste... Qu'elle n'est pas si gracieuse que cela, en fait. Mais, encore une fois, quoi qu'un peu plus difficilement (ah, c'est toujours dur, l’accumulation de points négatifs), vous ignorez ce détail. Mettons ça sur le compte de l'énervement à propos de la trahison de Kenvin. Ou de Brenda, vous ne saviez plus trop, en fait. Haha. Oui mais voilà : De nouveau, un détail assez perturbant survenu. Et celui là fut, pour vous, le plus effrayant de tous : Elle marmonnait. Oui, mais attention. Elle ne marmonnait pas n'importe comment. Non, non. Elle marmonnait comme si elle était en ce moment même en pleine incantation de magie noire, peut-être dans l'espoir de faire sauter l'île. Qui savait. Et même si, il fallait bien l'avouer, cette perspective d'institut explosée n'était pas pour vous déplaire, il fallait également avouer que de la sorte... Elle était assez effrayante.

Et oui, voilà bien Louison dans toute sa splendeur. Si de prime abord, sa belle silhouette et son beau visage peuvent plaire... Il suffit que la demoiselle fasse le moindre geste pour qu'on se rende compte qu'elle n'est pas si parfaite que cela. Et encore, s'il n'était question qu de cela. Comme nous avons pu le voir précédemment, son caractère non plus, n'est pas celui d'une petite princesse. Et c'est ainsi, que nous pouvons bel et bien la définir : Anti-princesse ô combien désespérante.




Dernière édition par Louison E. Wutherburry le Ven 18 Déc - 22:39, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 51
$ Dollars : 50
Date d'inscription : 18/07/2013
Sujet Alpha
MessageSujet: Re: LOUISON • « Petit oiseau, si tu n'as pas d'ailes..... AH TU PEUX PAS VOLER ! » FINIIIIIIII ♥♥♥   Ven 19 Juil - 16:12

racontez-moi donc votre histoire

10 Avril 2009
A vrai dire, j'ai profondément honte de ce que je m'apprête à écrire. Si honte que, si par malheur quelqu'un venait à être en possession de ce carnet, et se mettait à lire ce qui va suivre... Bah je demanderais à ce quelqu'un de brûler ce futur torchon. Et de se brûler les yeux par la suite. Umh. Bon, allez, un peu de courage, ma vieille ! ... J'me lance.
Cher journal. Merlin j'ai honte j'ai honte j'ai honte j'ai honte
Si j'ose aujourd'hui profaner toutes mes convictions de « lesfillesquitiennentunjournalsonttoutesdescruches », c'est parce que t'es mon cadeau d'anniversaire de mon père, et, bon. Voilà, quoi. Oh, bien sûr, j'aurais pu me servir de toi comme d'un simple cahier à dessins difformes, pense-bête, ou alors comme munitions pour de futurs avions et/ou boulettes de papiers. Mais je crois que ça aurait pas plu à mon père. Bouaha. Alors bon. Jouons les poufs aux amis-livres quelques temps, ça pourra être marrant !
Alors. Je crois que toute pouf digne de ce nom commencerait par se présenter à son maaagnifique petit journal en sucre. (bah oui c'est sur il peut pas vivre sans connaitre ça, ton journal. ...En même temps c'est fait pour. En principe. Mais bon. Stoppons la philosophie sur les journaux intimes.) DOOOONC ! Enchantéééee de te connaitre, bout de papier ! (Notez ma magnifique ironie. D'ailleurs à qui je parle, moi...) Moi, c'est Anna. Mais ça m'arrive qu'on m'appelle Anne ou Annie, ou même Annette, ou je sais pas trop quoi. Bah, de toute façon on s'en fiche de mes surnoms, tu pourras jamais m'appeler. J'ai donc treize ans, et je suis en dernière année au secondaire. Euh. Je. Suis fille unique... Et je vis avec mon père... Celui qui t'as offert à moi, quoi ! (mon dieu dites-toi que c'est pas vrai je suis en train de causer à un bout de papier...) Umh. Y'a que nous deux dans la famille parce que ma mère est morte quand j'étais petite. Ouais, je sais, bouh bouh ouin ouin, quelle triste histoire bla bla bla. J'aime pas parler de ça parce qu'après on me regarde toujours avec pitié. J'veux dire. Ouais, ma mère est morte, mais j'ai presque aucun souvenir d'elle, et je suis heureuse avec mon père, donc... Voilà, quoi. Sinon, euh. Que dire que dire. Je suis vis à Miami, sinon. Autant dire que je passe le plus clair de mon temps à la plage à surfer, quoi, haha. D'ailleurs ça se voit à ma tronche. Vous savez que, à l'origine, mon teint est censé être aussi blanc que des fesses d'un p'tit vieux, le violet-bleu des rides et vergetures en moins ? Non ? Bah maintenant vous savez. Hahahahaha. Comment ça, c'est pas si drôle ? Mais si, c'est drôle ! Non mais ! ...Mon dieu, faut que je me soigne, moi. Bon, sinon. Je sais pas trop quoi dire, en fait. Pour quelqu'un qui s'était promis mentalement de jamais tenir de journal de sa vie, je crois que j'en ai assez dit. Et toc.

[...]

24 Janvier 2011
Uhm. J'ai besoin de tes lumières, petit journal. Je pige pas tellement ce qu'il m'arrive. Et le plus ballot, c'est que t'es qu'un journal, alors franchement si t'arrive à m'éclairer j'appelle la télé. Je devrais riche. Le tout premier journal intelligent qui répond à son propriétaire. Bon, okay, le vrai premier c'est dans Harry Potter. Mais je suis sûre qu'ils m'ont piqué l'idée. D'une manière ou d'une autre. Enfin bref, là n'est pas la question. La question est : Mais où est la question ? ... Bon, ok, j'arrête. Non, vraiment, je sais pas trop ce qu'il m'arrive, en fait. Tout a commencé si vite. Apparemment, je serais malade. Enfin, je sais pas trop. Une histoire de particule D que j'aurais contracté je ne sais pas trop comment. Et maintenant, je dois tout quitter pour me faire observer sur une île paumée... Je ne voulais pas. Mais mon père à d'ores-et-déjà accepté. Je l'ai accusé de ne faire ça que pour l'argent. C'est faux, bien sûr. Il a accepté dans l'espoir que je vive le plus longtemps possible. Je le sais. Je sais aussi que j'ai du lui faire de la peine. Mais je suis trop blessée et en colère. J'ai pas envie de tout quitter, moi. C'est injuste. Je pige rien. Ils pourraient pas nous surveiller chez nous ? Ou bien d'accord pour l'île, mais au moins qu'on puisse garder contact avec le monde extérieur ! Là, moi et les autres dans mon cas allons être privés de tout. Comme si on avait jamais appartenu à notre propre vie. D'après ce que j'ai compris, une fois arrivée sur cette île, je devrais même me trouver une nouvelle identité. Ouah. Histoire de fous. Avec un peu de chance, tout ça c'est qu'un cauchemar, et je vais me réveiller dans pas longtemps. Qui sait. Bon, ça serait un cauchemar vraiment très long et très réel, mais on sait jamais ! Bon, allez, je vais me pincer vraiment très très fort, et même me cogner la tête contre les murs. Avec un peu de chance, ça me réveillera, hein. Bon je reviens. Enfin, non. Je veux pas revenir. Parce que si je reviens, ça veut dire que ça à foirer. Bon.

... Et merde. Revenue.


[...]

26 Janvier 2013
Voilà. Deux ans jours pour jours que je suis sur cette île. Deux ans que Anna Laughting a dis byebye pour laisser la place à Louison Wutherbury ! Bon, j'avoue qu'au début ç'était vraiment bizarre que tout le monde m'appelle comme ma mère s'appelait. Des fois, en entendant quelqu'un crier ce nom, comme une idiote je cherchais autours de moi voir si elle n'était pas quelque part. Auto-tortue bonjouuuuuuur ! Et puis, je dois bien avouer que mon père me manque énormément. Le plus dur ici c'est de ne recevoir absolument aucune nouvelle de lui. Mais, pour me rassurer, en quelque sorte, je me dis que, quand même, si quelque chose de grave lui était arrivé, les scientifiques me l'auraient dis, quand même... Je crois. Enfin bon. En fin de compte, c'est pas si mal, la vie ici. Cette île est vraiment cool, y'a de tout, dedans. Pour les gens aussi, y'a de tout, dedans. Et vraiment des cas, parfois. Mais bon. Moi aussi, je suis une sorte de cas, donc on va dire que c'est donnant-donnant. Entre cas, on se comprend. Des fois, on se comprend pas non plus. Mais bon. C'est marrant d'se prendre le cornichon avec eux. Bon je vous cache pas que la plus part du temps c'est plus mégament chiant qu'autre chose. On doit déjà me prendre pour une folle à lier, et je parie ma baguette là-dessus, hahaha ! M'enfin. Je sais pas trop quoi te dire, carnet. Ah, pour l'instant je ne suis pas fait tellement d'amis. Enfin, je crois. J'ai jamais été douée à ça, moi... En fait, je crois que j'me porte mieux sans personne à côté de moi, tellement que je suis pas douée à ça. Ou alors non : en fait je devrais plutôt me faire une pancarte. Ouais ouais, une pancarte. Dessus, j'écrirai quelque chose comme "potiche en relations humaines", et puis je pourrais la montrer à tous ceux qui viennent me parler -  ou bien je leur balancerai en pleine tronche, à voir. Ouaip. C'est vraiment une idée à développer, ça. Enfin, au lieu de divaguer je ferais bien d'apprendre ma leçon du cours dernier. C'est bizarre tu vas me dire. Mais j'ai remarqué que quand j'apprends mes leçons, les autres me fixent bizarrement, comme si j'étais folle. Tiens, hier encore t'en a carrément un qui s'est planté là, juste devant moi, à me regarder sans rien dire, d'un air de poisson pourri. Et quand je lui ai demandé (à ma manière, haha) ce qu'il voulait, il s'est mit à balbutier je sais pas trop quoi avant de limite s'enfuir à toutes jambes. Des fois j'me demande si je suis si moche que ça pour que les gens aient de telles réactions en me voyant. Si ça se trouve je suis difforme et personne me l'a dit, hahahaha !  Enfin. Je sais toujours pas ce que ce type me voulait. Quand je disais, que c'est rempli de cas, ici...





Dernière édition par Louison E. Wutherburry le Sam 20 Juil - 13:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 69
$ Dollars : 55
Date d'inscription : 15/07/2013
Sujet Bêta
MessageSujet: Re: LOUISON • « Petit oiseau, si tu n'as pas d'ailes..... AH TU PEUX PAS VOLER ! » FINIIIIIIII ♥♥♥   Ven 19 Juil - 20:34

OMG OMG OMG OMG ?
JE PEUX TE FAIRE L'AMOUR ?

_________________


ONE THOUUSAND LONELY STAARS
HIIIDING IN THE COLD
TAKE IT ! OOH I DON'T WANNA
SING ANYYMOORE ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 51
$ Dollars : 50
Date d'inscription : 18/07/2013
Sujet Alpha
MessageSujet: Re: LOUISON • « Petit oiseau, si tu n'as pas d'ailes..... AH TU PEUX PAS VOLER ! » FINIIIIIIII ♥♥♥   Ven 19 Juil - 20:57

HIUDRSVGURHGVBR OWIIIIIII MI AMOR VAS-Y VIENS JE T'ATTENDS ♥♥♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 69
$ Dollars : 55
Date d'inscription : 15/07/2013
Sujet Bêta
MessageSujet: Re: LOUISON • « Petit oiseau, si tu n'as pas d'ailes..... AH TU PEUX PAS VOLER ! » FINIIIIIIII ♥♥♥   Mar 23 Juil - 1:38

Tu seras un sujet Alpha
Ancien dossier de Anna Laughting  classé.



_________________


ONE THOUUSAND LONELY STAARS
HIIIDING IN THE COLD
TAKE IT ! OOH I DON'T WANNA
SING ANYYMOORE ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: LOUISON • « Petit oiseau, si tu n'as pas d'ailes..... AH TU PEUX PAS VOLER ! » FINIIIIIIII ♥♥♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

LOUISON • « Petit oiseau, si tu n'as pas d'ailes..... AH TU PEUX PAS VOLER ! » FINIIIIIIII ♥♥♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOLDEN SHELL - this is not a cage :: AVANT TOUTE CHOSE :: Le Registrariat :: Alpha-